Harmonisation géobiologique d’une maison en rénovation

Bonjour à tous.

Rénovation et mémoire des murs

En 2011, Béatrice tombe amoureuse d’une propriété à rénover. Mais le chantier devient bientôt  un chemin de croix quotidien. Nous avons retrouvé Béatrice il y a quelques jours et elle a accepté gentiment de partager son expérience en vidéo. Nous en profitons pour remettre à jour l’article que nous avions écrit au sujet de son harmonisation réalisée en 2012. Vous aurez ainsi les deux points de vue.

Mémoire des murs et psychogénéalogie

Les difficultés rencontrées sont typiques de ce qui peut se passer lorsque l’on achète ou loue un nouveau lieu de vie. De même que nous héritons des problématiques et du poids souvent très lourd de notre transgénérationnel (ce que nos aïeux n’ont pas résolu), nous récupérons lors d’un emménagement de toutes les énergies bénéfiques ou néfastes laissées par les habitants précédents et en résonance avec notre propre histoire. Dans ce cas précis, Béatrice connaît depuis un an, une longue succession de désillusions et de complications sur son chantier. Comme nous pourrons le vérifier, tout le lieu est « malheureusement » lourdement chargé.

Loi d’attraction et réparation

Malheureusement ? Selon la loi universelle d’attraction, nous sommes attirés par ce qui vibre à la même fréquence que nous ou/et ce qui contribue à nous faire progresser dans notre vie. Béatrice aura finalement un rôle bien plus important que de rénover esthétiquement cet endroit et recevra en retour un sentiment de bien-être ainsi qu’un travail de réparation pour elle et ses aïeux.

Chantier et phénomènes perturbants

L’ensemble de la propriété se compose de trois principaux bâtiments : une grange, l’écurie où les biens de Béatrice sont à l’époque entreposés et qui sert aussi de lieu de vie et la maison principale. Celle-ci n’a plus de toit et les murs sans fenêtres font plutôt penser à une maison abandonnée. Elle est tout sauf abandonnée par Béatrice et pourtant… Depuis un an, ce sont déboires sur déboires qui s’accumulent entraînant retards et dépenses supplémentaires. Certes, c’est souvent le passage obligé de tout nouveau propriétaire mais sans s’étendre sur la longue suite d’évènements (dépôt de bilan de l’artisan principal, moitié du toit pas livrée…), il y a un moment où l’on peut sérieusement se poser des questions, même si l’on est cartésien comme Béatrice.

Rénovation et géobiologie

Après un premier aperçu et les premières mesures, nous détectons trois phénomènes principaux perturbant le lieu :

  • Phénomènes telluriques
  • Présence d’entités et âmes humaines
  • Mémoire des murs et des objets

Nous sommes tout d’abord guidés par les baguettes devant l’entrée de la maison. Nous décelons un courant d’eau souterrain, traversant la maison et un peu plus loin, l’écurie. De plus, un croisement de réseau tellurique Hartmann de niveau 3 négatif se trouve à cet endroit, avec, sur ce croisement, la présence d’une cheminée cosmo-tellurique « habitée » par des âmes humaines. Autant dire, que comme comité d’accueil pour entrer dans la maison, il y a mieux…  En fait, tout est lié car le croisement Hartmann négatif a sans doute attiré la cheminée qui elle-même a attiré les âmes. Ce qui est certain, c’est que rester stationnaire pour discuter sur le perron est particulièrement pathogène et dangereux pour son propre équilibre énergétique. N’oublions pas non plus, qu’il s’agit ici de l’accueil de la maison tant réel que symbolique. Grâce à nos protocoles, nous ré-harmonisons l’entrée de la maison. Béatrice, à sa grande surprise et malgré son côté « cartésien » ressent un changement dans l’atmosphère environnant. Nous éprouvons le besoin de consolider notre travail par l’installation d’une pierre. Le visage de Béatrice s’éclaire alors car elle a exactement ce qu’il faut. En effet, un artisan a soigneusement mis de côté une dalle trouvée sur le chantier. Mieux, Béatrice comptait justement la mettre devant l’entrée…

Entité, mémoire des objets et psychogénéalogie

Nous n’avons toujours pas l’autorisation d’entrer dans la maison, et les réponses que nous obtenons sont contradictoires. Nathalie a alors la sensation que l’Esprit du Lieu (l’âme de la maison en quelque sorte) est pollué. Les baguettes nous conduisent devant une table ancienne située dans l’écurie. Cette table ayant appartenu à un lointain aïeul est mêlée à une période très sombre pendant l’absence de celui-ci  et qui s’est terminée en pillage, accompagné de colère etc… Nous ressentons la présence d’une entité emplie de colère, de violence et même d’énergie sexuelle malveillante.  La transmutation de cette entité libère d’un coup l’esprit du lieu emprisonné. Béatrice est très émue car elle a ressenti une libération au niveau de la table. De plus, l’écurie étant chargée de meubles anciens qui lui appartiennent, elle sent qu’elle doit faire le lien entre les meubles anciens du passé qui la retiennent, et le futur qui l’attend dans cette maison. Elle prend conscience alors qu’elle est ce lien au présent, avec sa propre histoire tout en s’affranchissant de l’histoire familiale.

Magie, entité et âmes humaines

Nous continuons par la purification d’une statuette « habitée » pouvant être liée avec certains gros problèmes familiaux. Ceci fait, même si nous nous retrouvons à l’extérieur, l’ambiance semble naturellement plus légère. Les baguettes nous amènent ensuite à la cave de la maison d’habitation qui, comme beaucoup de lieux fermés et « tranquilles » abrite quantité d’énergies négatives : entités et âmes humaines. Nous transmutons les entités et aidons les âmes humaines à gagner la Lumière.

Méditation et gardien du lieu

Nous finissons par retourner dans l’écurie, lieu d’habitation temporaire de Béatrice . Nous y faisons une méditation autour de la table qui se révèle très puissante. Béatrice reçoit même des images très fortes du « gardien du lieu ». Tout d’abord recroquevillé, elle le voit se relever en recevant cette réponse « amener la vie » à notre question : « que doit faire Béatrice pour lui ? ».

Géobiologie et dégagement

Cette harmonisation en géobiologie fut très belle tant par le lieu qui recelait maintes découvertes que par la participation de Béatrice qui fut particulièrement surprise de sa participation active (elle pensait, en bonne cartésienne, rester en retrait de notre travail…) et tout le ressenti qu’elle a pu éprouver tout au long de cette harmonisation.

Pour info, Béatrice nous confirme quelques jours plus tard que le lendemain de notre visite (un dimanche pourtant), le couvreur avait repris contact avec elle pour la suite des travaux après plusieurs mois de silence total…

Jean