Harmonisation géobiologique d’une maison, témoignage (2)

Bonjour à tous.

La famille de Claudine habite une maison dont ils ont été les premiers occupants. Il est intéressant de noter que Claudine a tenu tout particulièrement à venir sur ce terrain qui à l’époque, n’était entouré d’aucune construction. Tout va bien dans un premier temps puis ces dernières années, des phénomènes particulièrement perturbants sont apparus. Claudine, ses enfants dont Léa commencent à ressentir, « voir » et entendre pour Léa des énergies de plus en plus présentes comme des âmes ou des entités non-humaines. Des objets aussi sont déplacés et des portes ouvertes ou fermées sans l’aide d’aucun membre de la famille. Tous ces événements créent bien sûr anxiété, manque de sommeil, stress, peur, fatigue etc.  Des recherches historiques révèlent que le lieu d’habitation a été construit sur un champ de bataille datant de la guerre de cent ans, qu’une fosse commune suite à cette bataille a été creusée à proximité, enfin qu’un château à quelques centaines de mètres fut détruit par les flammes lors d’une autre bataille. Ainsi, tous les terrains avoisinants (pour certains construits) ont connu la guerre, les combats et la mort.

Sur la route, dans les derniers mètres qui nous séparent de la maison, nous sentons monter en nous une énergie d’agressivité. Peu après, Claudine nous confirmera qu’il y a nombre de conflits entre les voisins. Rien d’étonnant finalement avec une telle mémoire des lieux. Nous découvrons lors de l’harmonisation deux cheminées cosmotelluriques (et non trois comme je le dis dans la vidéo), un courant d’eau souterrain. Il y a en outre plusieurs âmes errantes en relation avec les habitants et quelques entités non humaines avec parfois des impacts très importants sur les habitants.

Aujourd’hui, l’harmonie est revenue dans la maison ainsi que le sommeil réparateur. Claudine et Léa savent parfaitement que tous ces phénomènes présents n’étaient pas là pour les « agresser » mais que c’est leur propre énergie, notamment celle de Claudine (elle a choisi le terrain) qui était en résonance avec eux. Il n’y a pas de « punition » ou de « faute à pas de chance », simplement une question « en quoi cela résonne t-il en moi » ?

A bientôt.