Imbolc – Chandeleur, Lumière et abondance.

 ImbolcImbolc, une fête celtique :

Besoin de protection, de Lumière, d’abondance, cela vous parle ? Savez-vous que vous honorez une fête celtique qui met ces « besoins » en valeur en cuisinant ou… savourant des crêpes?

A l’origine, un pain d’orge rond et non levé était offert en l’honneur de Brigit une importante déesse celtique, pour s’attirer sa protection et ses bonnes grâces. Vous l’avez compris, ce sont les futures crêpes, plus faciles pour nous à préparer mais symbole solaire identique au pain rond. Petite anecdote, la poupée représentant Brigit recevait un coquillage brillant (pour la Lumière) sur le cœur. Ce coquillage était appelé « l’étoile guidante de Brigitt ». Tiens, tiens, cela me rappelle quelque chose…

Imbolc, protection, Lumière et abondance :

Reprenez conscience aujourd’hui de ce qui vous entoure. Prenez un peu de temps pour vous. Goûtez au changement d’énergie, aux premiers frissons du printemps, même si l’hiver n’a pas encore été vraiment l’hiver. Sans forcément vous adresser à Brigit, prenez conscience de toute la Lumière qui est déjà en vous mais qui aussi, va de nouveau s’imposer de plus en plus à l’extérieur. C’est le moment de demander la protection à Brigit (Mère protectrice), à la Mère Divine, à la Source de Vie, peu importe le nom. Pensez à l’abondance, à tout ce que vous pouvez recevoir mais aussi donner, partager. Demandez et recevez tout ceci, selon bien sûr, les lois de la volonté divine.

Imbolc, à l’origine :

Le 1er février marque la première fête celtique importante de l’année : Imbolc. Cette date indique l’inversion du cycle naturel, qui passe de la descente à la remontée du soleil. Le froid de février purifie la nature mais déjà, la vie renaît au fond des campagnes. Les nids se bâtissent et les agneaux naissent. La vieille femme, « la Cailleach » qui représente l’hiver, se transforme en jeune épouse « la Belle Femme de février ». Tout d’abord fragile, celle-ci se renforce chaque jour un peu plus de la même manière que se renforce l’ardeur de l’astre solaire.

A l’époque celtique, les druides célèbrent la « Déesse Mère ». C’est la fête de la fécondité, lunaire et féminine. Ensuite, la religion chrétienne attribuera le 2 février (chandeleur) à la purification de la Vierge et la présentation de Jésus au temple de Jérusalem.

Imbolc est aussi le jour de Bride dans l’ancienne Irlande. Plus tard, cela devient le jour de Brigit (Brigid ou Bright ou Bride etc…). C’est une triple déesse (de la poésie, la forge et la médecine) et  des rivières portent encore son nom. Ses trois animaux totems, deux bœufs et le roi des sangliers sauvages poussent des cris d’alerte si l’Irlande est menacée, ce qui fait de Brigit, la véritable déesse Mère protectrice de ce pays.

Imbolc, le christianisme :

Avec l’arrivée du christianisme, la déesse est transformée en « sainte Brigit » avec une fille de druide censée être née en 453. Selon la légende, la naissance de sainte Brigit eut lieu à l’aube en traversant un seuil (ni à l’intérieur, ni à l’extérieur). L’aube dans la tradition celtique est un temps et un lieu à peine perceptibles où les différents mondes (vivant et au-delà) communiquent et où des évènements magiques peuvent se produire. Sainte Brigit est aussi comme la déesse celtique, étroitement liée aux animaux et notamment les vaches. Un jour devant nourrir sept évêques arrivés à l’improviste à l’abbaye de Kildare, à court de nourriture, elle prie pour trouver une solution. Alors des anges lui conseillent de traire les vaches (la quatrième fois de la journée) et celles-ci lui donnent tant de lait, que les pots débordent dans les pâturages de Leinster et forment « le lac de lait » encore appelé ainsi aujourd’hui.

Nous retrouvons là encore le caractère de « mère nourricière ».

A bientôt.

Jean

Retrouvez-nous sur notre page facebook ou sur notre site pour découvrir tous nos stages sur la géobiologie dont la géobiologie sacrée et retrouver votre capacité à communiquer avec le monde invisible.