Je n’ai pas envie de…

Et si je vous dis que…

Je n’ai pas envie de « féminin sacré ».
Mais de féminin tout court.
Un féminin aimant, dans l’écoute et la compréhension de moi-même et des autres.
Un féminin du quotidien qui a intégré son masculin, son animus. Son affirmation.
Un féminin qui a envie de rire, chanter, pleurer, danser.
D’écouter ses émotions sans tomber dans le pathos.
D’être libre de tout diktat de mode, de comportement, avec ou sans formes, surtout sans régime, sans brushing, sans fards ni artifices.
Mais avec l’intelligence du cœur.
Avant d’être dans le « féminin sacré », je veux incarner la femme que je suis tous les jours, avec ses contradictions, ses doutes, ses peurs, ses colères.
Tenter l’humilité.
Accepter et être acceptée dans ma fragilité, sans course vers la perfection spirituelle…
Dans ma différence.
Dans ma relation à l’autre.
A l’autre, l’Autre, et le Très Haut.

Et regarder le masculin dans son imperfection heureuse.
Et à mon tour l’accepter dans sa fragilité, dans ses doutes à assumer ses choix de vie.
Et l’aimer sans le juger.
L’écouter sans parfois le comprendre mais accueillir ce qui vient.<
Dans un respect réciproque.

Si je vous dis que je n’ai pas envie de connaître l’illumination.
Trop compliqué quand on redescend les pieds sur terre.
De faire une quête de vision.
Trop froid et trop faim, pas envie.
De sortir de mon corps.
Trop risqué.
Le « karmique » ? : trop de femmes supportent coups et avilissement – ou même viol consenti – en me disant : « Mais tu comprends, c’est karmique entre lui et moi ».  Fin de citation.
De faire un voyage dans l’espace intersidéral.
De connaître des sensations extraaaaordinaires… !
Tout comme je n’ai pas envie de sauter à l’élastique, en parachute, dans une eau glacée, ou que sais-je d’autre.

Et si je dois le vivre, alors cela viendra tout seul dans ma vie.
Sur mon chemin, naturellement.
Sans forcer.
Dans l’accueil et l’ouverture.
Et alors je serai prête.
Prête à le vivre, à l’expérimenter, à le goûter.
Et à le partager, simplement.

Confiance en la Vie.
Foi dans l’amour. Dans le Divin.
Enfin, j’essaie.
Sur le chemin. Toujours

Nathalie Renault