Blog Actualités

PURIFIER SA MAISON

Bonjour à tous,

Comme chaque année, une nouvelle année commence, forcément ! Et avec elle, toutes nos « bonnes » résolutions, et cette fois-ci, nous tiendrons le coup ! Bon, l’avenir nous le dira…

Plus facile que de se dire que cette année nous verra reprendre le sport, faire une méditation par jour ou un nouveau régime, nous allons commencer par faire le ménage. Mais un ménage de purification devrais-je dire. Et cela ne date pas d’aujourd’hui.

Au premier jour de l’année, les celtes de Bretagne purifiaient aux quatre coins leur demeure afin de clore l’année passée et repartir d’un bon pied avec de nouvelles énergies. Les amérindiens encore aujourd’hui pratiquent régulièrement la fumigation ou l’emploi d’encens locaux afin de purifier un endroit et de bénéficier d’une énergie propice à la vie. L’usage de l’encens remonte à la nuit des temps. Il permettait aux hommes médecine de communiquer avec le monde invisible et participait au moyen âge au traitement des grandes épidémies, le genévrier était utilisé pour purifier les lieux de soins lors des grandes épidémies. Souvent apaisant, il crée une ambiance agréable là où ses volutes s’élèvent doucement vers le plafond. Il est encore régulièrement brûlé pour favoriser un état méditatif ou lors de cérémonies religieuses. On en trouve facilement sous deux formes principales, les bâtonnets ou « en grains » amalgamé à de la résine. Nous utilisons de plus en plus les bâtonnets car rien de plus énervant de vouloir brûler un encens en résine avec un palet de charbon de bois qui… refuse de s’allumer !!! Nous reviendrons par la suite sur des exemples d’utilisation.

Cet article est en lien avec la vidéo : La minute des géobiologues ép4, Purifier sa maison

Ainsi les celtes utilisaient un grand balai formé par un manche en frêne et de brindilles en bouleau, arbre sacré pour éliminer les restes de l’année précédente. Même si les balais en frêne sont devenus rares, évitez pour cette occasion votre aspirateur préféré. Le geste et l’intention de repousser les anciennes énergies à l’extérieur sont importants. Ouvrez grand la porte d’entrée et balayez le sol de l’intérieur vers l’extérieur. Remettez toutes ces anciennes énergies à l’univers et demandez qu’elles transmutent dans la lumière.   

C’est ensuite le moment d’utiliser l’encens à bon… escient*. Pour notre part, nous privilégions les bâtonnets (attention à leur origine afin d’éviter l’apport de produits chimiques). Nous utilisons très souvent la sauge blanche car elle est très efficace et son odeur est agréable. En plantant le bâtonnet dans un poêlon de terre cuite ou un bambou rempli de sable, nous respectons les quatre éléments. L’allumette : le feu, le sable : l’eau (les coquillages très très anciens), les plantes à l’origine de l’encens et le poêlon en terre cuite ou support végétal : la terre et la fumée : l’air. Ainsi, le processus alchimique de la fumigation est respecté.

Après un moment de recueillement, invitez différentes énergies sacrées et notamment l’Energie Divine à vous aider dans votre travail de purification. Après avoir pris soin d’ouvrir dans chaque pièce, porte et fenêtres allumez votre encens. Purifiez-vous des pieds à la tête en orientant la fumée vers vous. Vous pouvez aussi à ce moment-là réciter une prière qui vous est propre, celle-ci étant transportée par la fumée vers sa destination. Ensuite dans chaque pièce, offrez la fumigation aux quatre coins et à tout ce qui s’y trouve comme objet en demandant leur purification et plus particulièrement les vêtements, chaussures, livres… Le fait d’ouvrir une fenêtre (même s’il fait froid…) permet d’emporter au loin les effets nocifs. En effet, la fumée produite capture les ions positifs (mauvais pour la santé) et les évacue par la fenêtre ouverte. Pièce par pièce, visitez entièrement votre lieu de vie. A l’issue de cette cérémonie, remerciez les énergies présentes et laissez l’encens se consumer.

Nous aurons sans doute l’occasion de revenir sur les ions positifs et négatifs. Ce qu’il faut savoir en bref : les ions positifs sont contenus dans l’air des lieux mal ventilés ou pollués, ils sont bien entendus très mauvais pour la santé. Ils servent de véhicules aux énergies néfastes et leurs permettent de rester en suspension dans l’air. A l’inverse, les encens produisent des ions négatifs qui neutralisent les positifs et suppriment ainsi le transport des énergies nocives. Certains purificateurs d’air produisent ces ions négatifs et rétablissent un équilibre salvateur dans les lieux chargés. Encore plus efficaces comme générateurs d’ions négatifs mais plus difficile à ramener chez soi… : les éclairs des orages, les forêts de conifères, les montagnes de granit, les bords de mer etc. Voilà pourquoi après un orage ou dans ces lieux, on s’y sent si bien et l’on y respire, c’est le cas de le dire !

Dernière petite chose. Brûler de l’encens se rapporte à un rituel ancien et sacré. Ne jetez pas les cendres n’importe où. Conservez les tout au long de l’année et répandez-les ensuite dans un endroit qui vous est cher avec tout le respect qui leur est dû.

* Il est inutile de préciser que cette pratique de fumigation s’adresse à des adultes responsables, ne présentant aucun trouble respiratoire et ayant pris toutes les précautions qui s’imposent afin d’éviter tout accident.

A bientôt.
Jean
Si vous avez aimé cet article, partagez le sur :