Retrouver sa souveraineté

Retrouver sa souveraineté

Il s’agirait de retrouver sa souveraineté… Ou comment la “levée des masques” devient pleinement d’actualité.

Qu’est-ce-que sa souveraineté

La souveraineté, c’est la vibration dans laquelle nous arrivons sur terre. Non encore encore modelé par papa-maman, pas encore perverti par le côté compétitif de l’école. Loin des rôles que nous mettons en place pour nous conformer à la société. Si vous voulez, l’être divin qui sommeille en nous. Pas parfait bien sûr, mais qui on est vraiment, avec nos fragilités et nos forces, sans jugements.

Comment retrouver sa souveraineté ?

Sur le plan individuel tout d’abord, comment retrouver sa souveraineté ? Chacun, chacune a besoin de faire des expériences, que nous nommons tour à tour “réussites” ou “échecs”, dans sa vie terrestre à la fois humaine et divine. Donc à la fois côtoyer l’ombre et la lumière.. Avant d’incarner qui nous sommes, nous passons par différentes figures qui sont fonction de notre éducation, et que nous captons à travers nos filtres : la fille douce et gentille, l’homme fort et courageux. La femme délicate et sensible, l’homme protecteur, la femme-forte autonome, l’homme libre etc… Ce rôle se crée à partir d’une injonction entendue quand nous étions petits : “ne pleure pas”, “tu rêves trop”, “tais-toi”, ” sois fort-e” par exemple. Et nous allons nous forger une personnalité pour répondre à ces demandes, pour être appréciés, reconnus, aimés. Enfin, nous croyons cela.

Prise de conscience

Au bout d’une période plus ou moins longue – ou jamais pour certains – nous nous apercevons que nous ne sommes pas heureux. Lors d’une rupture, d’un licenciement, d’une maladie, boum ! Nous en prenons plein la “bouille” ! Ah tiens, ce n’est pas parce que je suis gentil-le que je suis épargnée… Là, une prise de conscience salvatrice nous saisit en plein vol : le comportement que nous avions jusque là , non seulement n’est pas bénéfique, mais il peut même nous porter préjudice. Il est temps de retrouver sa souveraineté.

Prenons un exemple concret. Pour ma part, voilà l’injonction qui m’a poursuivie depuis toute petite : “Peut mieux faire”. C’était marqué sur tous mes carnets de notes. Alors j’en faisais plus, et plus encore, sans plus de résultats. Adulte, j’ai travaillé, fait des heures sup’ non payées, non récupérables, toujours plus, sans aucun résultat, avec un salaire minimum. Jusqu’à faire 17h de travail par jour et m’entendre dire : mais pourquoi tu es fatiguée ? Tu n’as pas fait grand chose…

J’ai alors pris conscience que cette phrase “peut mieux faire” me pourrissait la vie, depuis longtemps. Et que c’était même devenu une petite voix intérieure : oui bon, là tu pourrais faire plus, ici tu pourrais faire mieux…. Feignante ! Mais ne sachant faire autrement, j’ai continué, et continué… Oui, l’être humain a du mal à changer, n’est-ce-pas… Et puis je suis tombée malade. Et là bien obligée de ralentir, voir d’arrêter… Croyez-moi si vous voulez, allongée sur mon canapé, épuisée, la petite voix me disait encore : “Feignasse, va !”

Regarder la blessure d’origine

Il est donc nécessaire et vital de regarder en face cette blessure de non-amour pour réaliser que je peux être aimé et adulé par le monde entier. Même si vous me dites : non, pas moi… Réfléchissez-y. Si je ne me reconnais pas moi-même avec ma propre valeur, si je n’aime pas ce que je suis, je resterai au fond du trou. Dalida, Mike Brant, Amy Winehouse… sont partis par suicide (ou overdose, c’est pareil) parce qu’ils ne se sentaient pas assez aimés. Ce que l’on fait, on le fait pour être aimés et reconnus. On attend la reconnaissance à l’extérieur, au lieu de la puiser au plus profond de nous. On joue encore à la petite fille, au petit garçon qui attend le regard, l’attention de papa ou de maman…

Alors ce que j’appelle la levée des masques, ou comment retrouver sa souveraineté, c’est prendre conscience de cette blessure de non-reconnaissance, que nous avons tous. Et porter un regard de bienveillance sur l’enfant que nous avons été, et l’adulte que nous sommes aujourd’hui (même si nous avons 80-90 ans). Lâcher ces exigences du toujours plus, toujours plus haut, toujours plus fort pour laisser émerger notre sensibilité, notre créativité, notre amour de l’autre et des autres. Bref ce qui nous rend heureux.

La blessure sur un plan plus élargi

Remarquez au passage que ce “toujours plus haut, plus fort” est vraiment dans la tendance du monde actuel : la société de consommation, ce que nous demande l a hiérarchie dans notre travail, les réseaux sociaux etc…

Sur le plan national, international : il suffit de remplacer l’autorité de papa-maman par celle de l’Etat, du gouvernement. Si la demande est juste, c’est ok. Par contre, s’il y a abus, si ce qui nous est demandé se fait à notre détriment, il y a lieu de prendre conscience de ce qui se joue là. Est-ce qu’on m’en demande trop ? Ma sécurité est-elle menacée ? Est-ce que ceux qui ont autorité sont dans la justesse et l’équilibre pour tous ? Si la réponse est non à ces questions, il est vital de retrouver sa souveraineté : sa propre puissance, son propre discernement intérieur.

Les grands de ce monde : Gandi, Sri Aurobindo ont d’abord été de grands rebelles, avant d’avoir l’image de sagesse et de spiritualité qu’on leur connaît.

Voilà les amis… Garder votre propre discernement dans vos lectures d’articles. Celui-ci n’est que mon avis.

Nathalie Renault
Géobiologue
Analyste-interprète de rêves

Suivre notre page Facebook
Chaîne Youtube
Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager :

Retour haut de page